Greenwashing ou Écoblanchiment ? Que signifient ces mots ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir consommer des cosmétiques naturels, bio ou respectueux de notre peau. Partant de ce constat, les industriels profitent de cet engouement afin de promouvoir leurs produits faussement “verts” via la diffusion de publicités toutes verdoyantes.
Ainsi, nous voyons émerger en magasins des cosmétiques dont les packagings s’ornent de mots accrocheurs tels que “sans silicones”, “sans paraben”, “à l’huile d’amande douce bio”. 
De quoi vendre du rêve à tout consommateur non-averti ! Car le problème est que la majorité de ces produits n’ont strictement rien de naturel, ou peut-être à hauteur de 0.5 voire 1% de leur composition totale…

Ce phénomène répandu, appelé Greenwashing, est bien connu des grandes marques qui n’hésitent pas à manipuler les acheteurs avec de belles illusions, ne voyant pour elles qu’un seul intérêt : vendre du rêve quitte à mettre en danger les consommateurs avec des ingrédients potentiellement cancérogènes, perturbateurs endocriniens ou allergisants.
La question que l’on se pose tous : Comment arrêter de se faire duper lors de nos achats ?

Greenwashing ou Écoblanchiment ? Comment décrypter la composition de nos cosmétiques et arrêtez de se faire duper !


Comment repérer un faux cosmétique bio ?

Les signes qui nous alertent !

  • Un packaging criard aux couleurs de la nature où apparaissent des photos de plantes ou de végétaux…
  • Une mention particulière sur laquelle l’accent est mis : “sans ceci”, “sans cela”, “au végétal pur”.
    Attention, il y a sûrement anguille sous roche !

 

Ces logos trompeurs !

Sur le packaging est régulièrement apposé un joli logo, nous rassurant ! Sauf que ces logos ne sont présents que pour nous appâter et nous duper. Une sacrée stratégie marketing ! Certaines marques n’ont pas froid aux yeux quand il s’agit de vendre…

Greenwashing, ces logos trompeurs

Malheureusement ce ne sont pas les seuls et ils sont nombreux sur le marché. Tout est bon pour duper les consommateurs. Souvent vert et/ou rond, ils imitent parfaitement bien les logos des vrais labels. A partir du moment où une marque utilise ces faux labels : fuyez !

Ce ne sont pas les seuls mais sûrement les plus vus. Avec eux, vous pouvez y aller les yeux fermés ! Ils n’ont pas tous les mêmes critères et certains sont plus difficiles à obtenir que d’autres mais ils sont gages de confiance.

Les labels officiels

Greenwashing les labels officiels

Comment décrypter la composition de nos cosmétiques ?

La liste INCI

Sur chaque emballage cosmétique doit apparaître la liste des ingrédients. Gage de transparence me direz-vous ? Oui ! Enfin, munissez-vous d’une loupe pour commencer et si vous avez la chance de réussir à déchiffrer tout ces noms barbares à rallonge ou en latin, je vous tire mon chapeau !

Alors si vous souhaitez connaitre la toxicité potentielle d’une composition, vous pouvez faire appel au site La Vérité sur les Cosmétiques pour votre recherche INCI. Le site vous indique si les ingrédients recherchés sont nocifs ou non. Les notes des ingrédients vont de très bien à déconseillé. Une manière simple et efficace de connaître la composition de sa crème, gommage, shampoing etc…

Et si vous êtes sur mobile, vous pouvez toujours analyser les ingrédients grâce aux applications Think Dirty, cosmEthics ou encore Skin Deep. Vous cannez le code barre du produit et l’application se charge de décrypter la composition pour vous !

Les ingrédients à éviter

Voici une liste (non exhaustive) d’ingrédients qu’il est préférable de ne pas retrouver dans les compositions de vos cosmétiques :

  • BHA : possible cancérogène
  • BHT : perturbateur endocrinien
  • Alkylphénols : cancérogènes, risques pour le fœtus si la personne est enceinte, perturbateur endocrinien
  • Dioxyde de titane (Titanium dioxide (nano), Oxyde de titane, CI77891…) : inflammation pulmonaire, atteinte au cerveau, cancérigènes
  • Iodopropyl : allergisant, peut causer des troubles de la thyroïde
  • Ethers de glycol (phénoxyéthanol, phénoxytol) : allergisant, peuvent causer eczéma et urticaire, neurotoxiques, hématotoxiques et hépatotoxiques
  • Formaldéhyde (Formol, Formalin, Methyl aldehyde…) : cancérogènes, allergisants et irritants
  • Huiles et cires de silicone (Dimethicone, Amodimethicone, Dimethiconol, Cyclopenthasiloxane, Cyclohexasiloxane, et tout ce qui finit par -icone ou -siloxane) : polluants pour l’environnement, occlusifs et étouffent la peau et les cheveux
  • Huiles minérales (paraffin, petroleum wax, mineral oil, crystalline wax, paraffium liquidum, petroleum, petrolatum) : polluantes, occlusives, toxiques
  • MIT (methylisothiazolinone, methylchloroisothiazolinone) : très allergisants, toxiques
  • Quats (behentrimonium chloride, behentrimonium methosulfate, cetrimonium chloride, guar hydroxypropyl trimonium chloride, et tout ce qui se termine par -monium chloride et -methosulfate ainsi que -propyldimethylamine) : polluants
  • PEG et PPG (Polyéthylèneglycol et Polypropylèneglycol) et autres composés éthoxylés : Ceteareth-12, Ceteareth-20, Laureth-10, Laureth-16, PEG 150 distearate, PEG-2 hydrogenated castor oil, PEG-32 stearate… Et tout ce qui contient le suffixe -eth suivi d’un nombre ou d’un chiffre :  polluants, toxiques
  • Paraben (butylparaben, methylparaben, parahydroxybenzoate) : causent des allergies, accélèrent le vieillissement de la peau, perturbateurs endocriniens
  • Phtalates (Parfum, fragrance, Diisodecylphtalate (DIDP)) : perturbateurs endocriniens
  • EDTA (éthylene-diamine-tetra-acetic) : polluant toxique
  • Sodium Lauryl Sulfate (Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, SLS…) : très agressifs pour la peau

Vous l’aurez donc compris, le greenwashing consiste à faire croire qu’un produit est naturel, alors qu’il ne l’est absolument pas.
Désormais vous saurez démasquer ces grandes marques qui s’intéressent plus à votre porte-monnaie qu’à votre bien-être en devenant des consom’acteurs avertis et pourquoi pas en fabriquant vous-mêmes vos cosmétiques !

One Response to Greenwashing? Comment décrypter la composition de nos cosmétiques et arrêter de se faire duper !
  1. Super cet article Marie ! Il tombe à pic ! J’avoue m’etre faite « avoir » à plusieurs reprises par des grandes marques que je pensais plutôt clean, et en regardant de plus près les étiquettes j’ai vite déchanté… Au moins maintenant je saurai comment faire pour ne plus subir de greenwashing et dans un avenir proche je compte apprendre à fabriquer mes cosmétiques dès que la formation FamilyBio sera prête !


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.